Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Interdiction de la marche contre la cherté de la vie au Bénin: Indignation de Pascal Todjinou

« Les travailleurs béninois sont des moteurs Diesel...», prévient l'ancien syndicaliste

0 561

 

 

À Cotonou, la marche pacifique contre la vie chère, qui devait avoir lieu samedi 27 avril 2024, a été étouffée dans l’œuf par la police républicaine. Vingt-sept manifestants dont trois secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales ont été interpellés, auditionnés puis libérés dans la nuit du même jour. Cette actualité est visiblement loin de se refermer tant les réactions continuent d’être enregistrées.

 

Articles similaires
1 sur 67

Ancien secrétaire général de la Cgtb et Agent de l’État à la retraite, Pascal Todjinou a exprimé son indignation au micro de la chaîne de télévision privée Canal 3 Bénin. « Quand c’est mauvais, il faut dire à son ami que ce qui se passe est mauvais. Je le dis à haute voix, Excellence monsieur le président de la République, c’est mauvais d’interdire les marches…», martèle -t-il. « Vous avez déjà interdit les grèves, mais au moins laissez les gens dire la vérité. Ça vous permet aussi de savoir que quelque chose ne va pas dans le pays. Mais contraindre les gens au silence, le Béninois notamment les travailleurs béninois sont des moteurs Diesel. Ça bouge difficilement mais quand ça démarre, quelles que soient les armes, on avance toujours », prévient le syndicaliste qui se dit «malheureux» du spectacle du samedi. «Malheureux en ce sens que j’ai fait 29 ans dans le syndicalisme et 23 ans dans la Confédération. Chaque fois que nous voulons marcher, c’est sur simple déclaration. La marche est déclarative. Ce n’est pas soumis à une autorisation. En tout cas, en mon temps », déclare-t-il en déplorant les arrestations notées, dont celles des premiers dirigeants syndicaux « alors qu’il n’y a pas eu sabotage, du vandalisme ». Pour Pascal Todjinou, « depuis huit ans et quelque, il n’y a jamais eu de protestation dans le pays. Pour une première fois, il fallait laisser faire ». Eu égard à l’ampleur que prend cet incident depuis le week-end, l’ancien secrétaire général de la Cgtb pointe du doigt la méthode des dirigeants actuels : « c’est eux-mêmes qui ont donné dans le dilatoire qui risque de leur créer beaucoup de difficultés. Et dès lors que ça commence comme ça, puisque vous avez interdit les grèves ; ça, vous ne pouvez pas l’interdire. Même si vous l’interdisez, ils vont le faire. Ils doivent faire leur déclaration pour recommencer la marche, autant de fois que ce serait interdit ». Après s’être indigné, Pascal Todjinou préconise aux gouvernants de privilégier le vivre-ensemble et d’accepter aussi l’évidence de la cherté de la vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite