Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Endettement des pays dont le Bénin: Sèhouéto et Ganiou Soglo croisent les arguments

Lazare Sèhouéto et Ganiou Soglo, invités de l'Iajp
0 544

 

 

L’épineuse question de la dette des Etats, notamment du Bénin, s’est glissée dans les discussions, lors du débat mensuel public organisé au Chant d’oiseau de Cotonou, dans la soirée du jeudi 16 mai 2024 par l’Institut des artisans de justice et de paix (Iajp), en collaboration avec Coris bank international. Sur le thème ‘’L’économie mondiale et les défis de la coopération internationale dans les pays africains’’, le panel a réuni autour d’une même table, Ganiou Soglo, Economiste, Financier, ancien député et ancien ministre ; Lazare Sèhouéto, Philosophe, Sociologue, ancien ministre et député à l’Assemblée nationale puis Maxime Jean-Claude Hounyovi, Professeur Agrégé en sciences de gestion à l’Université d’Abomey-Calavi.

« Celui qui m’a posé la question, je le vois venir. Il m’a interpellé parce que je suis de la mouvance présidentielle. C’est vrai qu’aujourd’hui, nous avons un taux d’endettement qui n’est pas au-delà des normes. On est encore dans les normes. Le souci qu’il faut avoir aujourd’hui qu’on soit de la mouvance ou de l’opposition, peu importe là où on se situe, lorsque le pays s’endette, il faut qu’on ait un souci de la pertinence de la dette ; il faut qu’on ait un souci de ce qu’on fait avec la dette, il faut qu’on ait un souci de comment on poursuit les efforts à l’interne pour que la production de la richesse suive un bon rythme pour que nous soyons capables de rembourser », confie Lazare Sèhouéto. Pour le parlementaire et ancien ministre, toutes les dettes ne sont pas des dettes toxiques. « Il y a des dettes toxiques. Ça existe. Si on doit faire le débat général, on ne s’en sortira pas. Il s’agit de dire telle dette est toxique. Si on ne dit pas telle dette est toxique et on dit on s’endette trop, ça va être un discours de nous autres politiciens ».

Articles similaires
1 sur 3

Dans son intervention, Ganiou Soglo souligne qu’il n’a rien contre la dette. Cependant, il nuance : <<Je suis un Financier, je suis un Economiste. Il faut que vous sachiez qu’aujourd’hui dans le monde, le monde regorge d’argent, de financement. Les financiers n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Et leur intérêt, c’est leur retour sur investissement. Les pays comme Singapour, la Corée du sud, le Japon se sont d’abord développés en investissant dans le capital humain. Le capital humain, c’est l’éducation, la santé>>.

Pour Ganiou Soglo , l’investissement sur le capital humain est beaucoup plus long alors que les financiers sont à la recherche du cash. <<J’étais Trader, je sais de quoi je parle. J’étais Trader aux Etats-Unis et en France. Les gens veulent un retour sur investissement rapide. Et le meilleur retour sur investissement, c’est les infrastructures. N’en déplaise à mon ami Lazare Sèhouéto, j’aurais commencé par le capital humain. Le capital humain, les financiers n’en veulent pas parce que ça met 20 ans, ça met 30 ans. Mais regardez aujourd’hui Singapour ! On doit changer de paradigme>>, déclare l’ancien ministre et ancien député, qui poursuit : <<(…). Ce dont il s’agit, et là, je vais rentrer dans des considérations techniques, quand on applaudit parce qu’on vous dit qu’on a fait des prouesses extraordinaires. Mais qui applaudit ? Le Fonds monétaire ? La Banque mondiale ? Les institutions de notation ? C’est elles qui vous ont élu ? Vous devez d’abord penser à votre peuple d’autant plus que si vous empruntez en devise étrangère, et des pays d’Amérique latine ont fait ça et ce sont trouvés dans un engrenage sans fin ; si vous empruntez en devise étrangère, dollar, vous vous trouvez confrontés à des difficultés. Quand il y a des changements de taux d’intérêt, votre dette explose>>. Ganiou Soglo d’ajouter : <<C’est pour ça que je suis d’accord avec Tidjane Thiam quand il dit : on doit d’abord soutenir l’investissement local, l’épargne locale. L’épargne locale, c’est des fonds de pension, c’est des compagnies d’assurance. Ça peut paraître des termes barbares pour certains, mais je suis désolé, on ne me vendra pas l’invendable… La dette explosera malheureusement parce que quand vous faites des routes, où il n’y a pas de péage, vous allez rembourser comment ? La seule option que vous avez, c’est d’augmenter les impôts sur vos populations, les taxes sur les entreprises, les Pme et Pmi>>. Et il conclut : <<Les Etats-Unis se sont développés à l’époque en mettant en place ce qu’on appelle le Small business act. C’était quoi le Small business act ? C’est que l’Etat proposait 30% des marchés publics à des petites Pme qui sont devenues ‘’Apple’’, ‘’Facebook’’. Les plus grandes entreprises américaines ont d’abord été des Pme et l’Etat les a protégées. La dette est un poison quand elle mal contrôlée parce que à un moment donné, vous allez devoir rembourser. Et qui va rembourser ? C’est le petit peuple>>.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite