Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Liberté de presse dans le monde en 2024: Voici les bons, mauvais et pires élèves

Newspaper.
0 426

 

L’organisation internationale Reporter sans frontières (Rsf) a rendu public son classement édition 2024 des pays en matière de liberté de presse dans le monde. Des bons pays aux lanternes rouges en passant par les moins bons, voici un extrait du rapport de Rsf qui évalue les indicateurs dans 180 pays et territoires. Il faut souligner que contrairement à 2023 où il a occupé la 112ème place, le Bénin est classé 89ème cette année. Un bond considérable mais encore loin des bons élèves.

Le journalisme contre la désinformation en année électorale

Alors que 2024 est la plus grande année électorale de l’histoire mondiale, 2023 a également vu la tenue d’élections déterminantes, notamment en Amérique latine, avec l’arrivée au pouvoir de prédateurs revendiqués de la liberté de la presse et de la pluralité de l’information, à l’instar de Javier Milei en Argentine (66e, –26 places) qui a, dans un acte symbolique inquiétant, fermé la plus grande agence de presse du pays.

Les périodes électorales sont régulièrement accompagnées de violences à l’égard des journalistes, comme au Nigéria (112e) et en République démocratique du Congo (123e). Quant aux juntes qui ont pris le pouvoir dans le Sahel, notamment au Niger (80e, – 19 places), au Burkina Faso (86e, – 28 places) et au Mali (114e, – 1 place), elles ne cessent de resserrer leur emprise sur les médias et d’entraver le travail des journalistes. La réélection du parti de Recep Tayyip Erdogan en Turquie n’est pas sans susciter des inquiétudes : le pays, à la 158e place, continue de perdre des points dans le Classement.

Dans l’arsenal de la désinformation à des fins politiques, l’usage de l’IA générative dans un contexte de non-régulation, est une préoccupation. Les deepfakes occupent désormais une place de premier plan pour influencer le cours d’une élection. En témoigne le deepfake audio dont a été victime la journaliste Monika Todova durant les législatives en Slovaquie (29e, – 12 places), l’un des premiers cas documentés de ce type d’attaque sur un journaliste avec l’objectif d’influencer une élection démocratique.

Les pouvoirs en place sont nombreux à opérer un contrôle accru sur les réseaux sociaux et Internet : ils en restreignent l’accès, bloquent des comptes ou suppriment des messages d’information. Les journalistes qui s’expriment sur les réseaux sociaux au Vietnam (174e) sont quasi systématiquement enfermés. En Chine (172e), en plus d’emprisonner le plus grand nombre de journalistes au monde, le gouvernement continue d’exercer un contrôle strict sur les canaux d’information, en mettant en place des politiques de censure et de surveillance, pour réguler le contenu en ligne et limiter la dissémination d’informations jugées sensibles ou contraires à la ligne du parti.

Certaines formations politiques nourrissent la haine et la défiance à l’égard des journalistes en les invectivant, en les discréditant ou en les menaçant. D’autres orchestrent une mainmise de l’écosystème médiatique, qu’il s’agisse des médias publics, passés sous leur coupe, ou privés, via des rachats par des hommes d’affaires amis. L’Italie (46e) de Giorgia Meloni, où un député de la majorité cherche à acquérir la deuxième agence de presse du pays (AGI), perd cinq places cette année.

Les forces politiques jouent régulièrement le rôle de courroies de diffusion, voire même, sont les instigateurs de campagnes de désinformation. Dans plus des trois quarts des pays du monde évalués par le Classement (138 pays), la majorité des répondants au questionnaire signalent une implication régulière des acteurs politiques de leur pays dans les campagnes de propagande ou de désinformation. Une implication qualifiée de “systématique” dans 31 pays.

En Europe de l’Est et en Asie centrale, les censures de médias se sont intensifiées, dans un mimétisme spectaculaire des actes de répression russes, que ce soit au Bélarus (167e, – 10 places), en Géorgie (103e), au Kirghizistan (120e) ou en Azerbaïdjan (164e, – 13 places). L’influence se propage jusqu’en Serbie (98e, – 7 places), où des médias pro-gouvernementaux diffusent de la propagande russe et où les autorités menacent des journalistes russes exilés. La Russie (162e), où sans surprise Vladimir Poutine a été réélu en 2024, continue de mener une guerre en Ukraine (61e) impactant considérablement l’écosystème médiatique et la sécurité des journalistes.

Les pires et les meilleurs !

Articles similaires
1 sur 58

La baisse générale de l’indicateur politique affecte aussi le trio de tête de ce Classement mondial de la liberté de la presse. La Norvège, qui garde la première place, voit son score en la matière diminuer, et l’Irlande (8e), où des intimidations judiciaires de la part des formations politiques visent des médias, cède sa place de leader dans l’Union européenne au Danemark (2e), suivi de la Suède (3e).

En fin de classement, les pays asiatiques comme la Chine, le Vietnam et la Corée du Nord cèdent leur place à trois pays qui ont vu leur indicateur politique dégringoler : l’Afghanistan (- 44 places au niveau politique) qui ne cesse de réprimer le journalisme depuis le retour au pouvoir des talibans, la Syrie (- 8 places politique) et l’Érythrée (dernier rang global et dernier rang politique, – 9 places) – deux pays qui sont devenus des zones de non-droit pour les médias, avec un nombre record de journalistes détenus, disparus ou otages.

Classement par région

La région Maghreb – Moyen-Orient est celle où la situation est la plus grave dans le Classement de la liberté de la presse 2024. Vient ensuite la région Asie- pacifique où le journalisme étouffe sous le poids des régimes autoritaires. En Afrique, même si moins de 10 % de la zone est en situation “très grave”, près de la moitié des pays est en situation “difficile”.

Les pays où la liberté de la presse est au beau fixe restent tous situés en Europe, et plus précisément au sein de l’Union européenne (UE) – qui s’est dotée de la première législation sur la liberté des médias (EMFA). L’Irlande sort du trio de tête, la Suède y entre, et l’Allemagne est désormais dans les dix premiers pays du Classement. Toutefois la liberté de la presse est dûment éprouvée par les majorités au pouvoir en Hongrie, à Malte et en Grèce – le dernier trio dans l’UE. Plus à l’est de l’Europe, les conditions d’exercice du journalisme se dégradent face à l’ampleur de la désinformation et de la censure des médias sous des charges fallacieuses d’atteinte à la sécurité nationale ou de terrorisme. C’est le cas en Russie (162e), au Bélarus (167e) et au Turkménistan (175e). La Géorgie (103e, – 26 places), où le parti au pouvoir cultive son rapprochement avec Moscou. Du fait de l’amélioration de son indicateur sécuritaire – moins de journalistes tués – et politique, l’Ukraine (61e) gagne 18 places.

Dans la région des Amériques, l’impossibilité pour les journalistes de couvrir les sujets liés au crime organisé, à la corruption ou à l’environnement, par crainte de représailles, est un problème majeur. La part de pays en “plutôt bonne” situation (jaune) chute drastiquement, passe d’environ 36 % en 2023 à 21 % en 2024. L’une des plus grandes puissances économiques mondiales, les États-Unis, perd dix places. Dans quasiment tous les pays d’Amérique du Sud, la situation de la liberté de la presse est désormais “problématique”. Une dégradation qui s’explique notamment par l’arrivée au pouvoir de prédateurs en la matière, comme Javier Milei, et par l’incapacité des gouvernements à résorber les violences contre les journalistes. Le Mexique reste le pays en paix le plus dangereux pour les reporters – 37 journalistes y ont été tués depuis 2019.

L’Afrique subsaharienne, très affectée en 2023 par des violences politiques lors des grands rendez-vous électoraux. Plus de 8 % des pays d’Afrique sont désormais en rouge, soit deux fois plus qu’en 2023. Le Nigéria, le Togo et Madagascar ont été traversés par des vagues de répression de reporters. La région est marquée par la dégradation sécuritaire de plusieurs pays du Sahel – le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Dans la zone Asie-Pacifique – deuxième région du monde où l’exercice du journalisme est le plus difficile –, cinq pays figurent parmi les dix pays les plus dangereux du monde pour la profession : la Birmanie (171e), la Chine (172e), la Corée du Nord (177e), le Vietnam (174e) et l’Afghanistan (178e). Mais, contrairement à l’an passé, aucun pays de la région ne fait partie des quinze premiers du Classement.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, près d’un pays sur deux est dans une situation “très grave”. Les Émirats arabes unis rejoignent les 8 autres pays de la zone en rouge sur la carte : le Yémen, l’Arabie Saoudite, l’Iran, la Palestine, l’Irak, le Bahreïn, la Syrie et l’Égypte. La Palestine, occupée et sous bombardements de l’armée israélienne, pays le plus meurtrier pour les journalistes, figure également en bas du Classement. Seul le Qatar est désormais le pays de la zone à ne pas être en situation “difficile” ou “très grave”.

Dans toutes les régions du monde, les élections à venir laissent présager des pressions très fortes envers les journalistes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite