Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Assan Séibou après le rejet de sa proposition de loi: « …au moins, j’ai recueilli 71 députés qui sont pour »

0 360

 

Le député du Bloc républicain auteur de la proposition de loi portant révision de la Constitution a réagi moins de 24 heures après le rejet de son document en plénière. Dans une interview accordée à Bip radio, le samedi 2 mars 2024, Assan Séibou a livré ses impressions. Pour l’élu parlementaire de la 14ème Circonscription électorale, c’est une satisfaction que la proposition de loi ait recueilli l’approbation de 71 députés pour son examen même si finalement la proposition a été rejetée. Assan Séibou en a profité pour se prononcer sur une éventuelle suite de l’initiative. Lire ses propos ci-dessous.

 

Votre proposition de loi portant révision de la constitution a été rejetée au parlement. Quels sont vos sentiments, Comment réagissez vous ?

 

Assan Séibou: D’abord, mon sentiment est un sentiment de satisfaction. J’ai déposé une proposition, c’est-à-dire mes idées. J’ai demandé à mes amis ou à mes collègues députés de se prononcer là-dessus et la procédure a suivi son cours, au moins j’ai recueilli 71 députés qui sont pour qu’on examine le document et qui trouvent de l’intérêt dans le document que j’ai déposé, c’est déjà une satisfaction. C’était mon idée personnelle. Si je n’avais pas fait ça je serais resté avec mon idée à moi tout seul et je l’ai dit c’est un problème de la nation que je posais je ne posais pas un problème personnel. En conséquence je tire vraiment une grande satisfaction et je savais depuis un bon moment même au moment de déposer je vous ai dit sur votre radio qu’on ne saurait modifier la Constitution béninoise dans la situation actuelle, que si on a une collaboration des trois groupes parlementaires. C’est-à-dire avec l’opposition car l’opposition dispose de la minorité des blocages donc si on avait pas leur ouverture on ne pourrait pas le faire. Et je m’étais fondé à déposer cette proposition parce que j’estimais que c’est quelque chose qui n’introduisait pas le débat sur les fondamentaux et aussi est dans l’intérêt de nous tous et je peux même dire surtout dans l’intérêt de l’opposition parce que aussi dans mon camp il y en a qui estimaient qu’il y a des propositions dedans qui vont trop favoriser l’opposition. Ça c’est des débats internes mais il fallait le poser donc je savais que si on n’a pas cette collaboration de chacun et de tous on allait arriver à rien et l’opposition avait déjà campé sa position vous vous souvenez ils ont fait des déclarations pour dire qu’ils sont fermés mais il fallait aller jusqu’au bout pour quand même savoir combien ont pu accepter ou compris cette idée-là . Donc du point de vue personnel je vais dire que c’est un succès ce n’est pas un échec puisque j’ai eu 71 députés qui ont adhéré à mon idée. Ce n’est déjà pas mal et je l’avais dit quelle que soit l’issue du vote je prendrai acte ça ne me gêne pas et aussi avoir animer la vie politique c’est mon travail. Député, homme politique, c’est notre boulot d’animer la vie politique nationale. Pendant un mois et demi on vous a donné un sujet alors je vais pas arrêter il faut vous attendre à d’autres sujets encore je vais toujours animer la vie politique nationale et ce n’est pas opportuniste vous le savez. Oui, il y avait un débat sur les parrainages sur l’ordre des élections. Donc, j’ai profité pour dire réglons le problème en même temps, bon ce n’est pas passé. C’est bien. Vous avez vu qu’on a tous chanté l’hymne national, il n’y a aucun problème.

 

Articles similaires
1 sur 39

Quid de la suite?

 

Non, la suite, une fois que l’Assemblée nationale vote le rejet de la proposition, vous n’introduisez pas. Peut-être vous allez introduire une autre proposition qui peut prendre ça en compte je ne sais pas mais pour cette proposition de loi-là, c’est classé. Il faudra attendre la suite d’autres choses puisque nous sommes dans une phase de règlement de ses problèmes. Nous allons nous tourner maintenant vers le Code électoral parce que le Code électoral devait être conditionné dans certains de ces passages aux dispositions de la Constitution.

Source : Bip radio 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite