Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Bénin : Malick Gomina explique son vote  »contre » la révision de la Constitution

Le député Malick Gomina a voté contre la révision de la Constitution
0 395
Par 71 voix pour 35 contre et 02 abstentions, les députés béninois de la neuvième Législature n’ont pas accepté la prise en compte pour étude en plénière de la proposition de loi portant révision de la Constitution, introduite par leur collègue Assan Séibou (Mouvance). Au terme de la délibération par le président du Parlement, Louis Vlavonou, la parole a été accordée à certains parlementaires pour expliquer le pourquoi de leur vote dans tel ou tel sens. Le député du Bloc républicain, Malick Gomina, du même parti que l’auteur de la proposition, a voté contre et a motivé cette option. Lire la déclaration de l’élu parlementaire Malick Gomina.

 

«Monsieur le président, ces dernières semaines, j’ai été interpellé ces dernières par nombre de nos concitoyens qui ont partagé avec moi leur crainte. Beaucoup d’autres ont certainement voulu le faire, mais ils appartiennent à la majorité silencieuse. C’est à cette majorité que j’ai envie de m’adresser ici, car elle mérite d’être entendue ; lui dire que nous avons conscience que ce qui est dangereux pour le pays, l’est aussi pour nous autres acteurs politiques. J’ai voulu leur dire qu’on peut conserver sa sincérité du début même si on accède à des places. Elle peut donc être rassurée que lorsque l’essentiel nous paraîtra en cause, nous ne cèderons à rien. Pour revenir au sujet du jour, la révision de la Constitution, une question clivante. La grande partie de nos compatriotes est inquiète lorsque cette question est abordée et surtout avec ce qui se passe dans les pays de la sous-région. Ils craignent que nous les conduisions dans des zones troubles et c’est même devenu le fond de commerce de nos amis politiques ; pourtant, il n’existe nulle part un complot pour une révision opportuniste de la Constitution. Le peuple ne croit pas à nos professions de foi mais le peuple a toujours raison. C’est à nous qu’il revient de les convaincre de notre bonne foi. En attendant d’y parvenir, il faut aborder la question avec des doigts qui tremblent. Mon collègue et président Assan Séibou, a introduit une proposition de révision à la recherche de solutions aux problèmes qui pointent à l’horizon des élections générales de 2026. Nous avons pensé trouver un consensus autour de cette proposition. En effet, la Cour constitutionnelle dans sa décision du 8 juin 2006, a fait du consensus un principe à valeur constitutionnelle. Nous avons espéré y parvenir mais à l’arrivée, nous n’y sommes pas parvenus. Afin d’éviter une utilisation politicienne du rejet de la présente proposition de loi, j’ai voulu apporter ma voix à ceux qui estiment que le moment n’est pas arrivé de toucher à nouveau notre loi constitutionnelle. Malgré la brillance des résultats du régime que je soutiens, je ne souhaite pas traîner le goulot de révisionniste et passer le reste de la mandature à démentir l’usine d’intoxication qui sera mise en place au lendemain du présent vote. Monsieur le Président, telle est l’explication que j’ai voulu apporter par rapport à mon vote. Je vous remercie.»

 

Articles similaires
1 sur 39

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite