Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Révision de la Constitution: « J’ai voté contre afin d’être en phase avec le chef de l’État », clarifie Midofi Antonin Hounga

Le député Ld Midofi Antonin Hounga a justifié son vote contre la révision de la Constitution
0 641
Membre du parti d’opposition Les Démocrates, le député Midofi Antonin Hounga fait partie des 35 députés ayant brandi un carton rouge contre la recevabilité de la proposition de loi portant révision de la Constitution. 71 voix pour, 35 contre et 02 abstentions, c’est le verdict du vote qui a prononcé le rejet de la proposition de loi Assan Séibou. A l’issue du vote et de la délibération à l’aube du samedi 2 février 2024, le président du Parlement Louis Vlavonou a donné la parole aux parlementaires qui ont exprimé le besoin de s’expliquer sur leur vote . Voici ce que le député Midofi Antonin Hounga de la sixième Circonscription électorale a dit.

 

 

« Monsieur le Président, Peut-on me dire ce qui est si urgent pour que l’on s’obstine si tant à vouloir réviser la loi fondamentale pourtant déjà modifiée en 2019? Est-ce cela la priorité dont le Bénin a besoin aujourd’hui lorsqu’on voit une sécheresse au niveau de notre Port autonome de Cotonou ? Ce qui a été fait en 2019, monsieur le Président, a prouvé ses limites. En 2019, les réactions de la ruse et de la rage ont amené la barque Rupture à une destination sans lendemain qui fait qu’aujourd’hui les choses doivent être repensées, monsieur le Président. Mais pour y arriver, surtout dans ce contexte un peu sensible, il nous faut obligatoirement des assises nationales consensuelles. C’est le seul moyen aujourd’hui pour conjurer le sort qui plane sur notre démocratie qui fait son bonhomme de chemin, monsieur le président. Comme l’a dit mon collègue tout à l’heure, nous avons été reçus le 22 janvier 2024. Lorsque le président de la République nous a reçus à la Marina, il nous a fait part de sa volonté à ne pas réviser cette Constitution. Récemment encore, lors de sa conférence de presse, le 8 février 2024, le président Patrice Talon a dit publiquement sa volonté à ne toucher à aucune virgule de la loi fondamentale. Peut-on donc savoir pourquoi nos collègues de la Mouvance s’obstinent à aller contre cette belle volonté du chef de l’État ? Veulent-ils le plonger ? N’avons-nous pas mieux à faire ici à l’hémicycle plutôt que de nous fatiguer avec cette affaire dont le chef même n’est pas d’accord ? Monsieur le Président, nous avons voté contre la recevabilité de cette loi parce que toutes les conditions républicaines ne soient pas réunies pour y aller. Et moi, personnellement, j’ai voté contre afin d’être en phase avec le chef de l’État dont tout le monde connaît sa position. Je veux aider le président Patrice Talon à respecter sa parole, cette fois-ci. Je veux l’aider à restaurer auprès du peuple béninois la sacralité de la parole du chef. Monsieur le Président, des interventions des collègues , mon parti, mon groupe parlementaire est menacé d’exclusion pour les élections en 2026. Et je tiens le peuple béninois à témoin. Faites demi-tour s’il vous plaît, chers  »Mouvanciers Rupturiens ». C’est ce que veulent le peuple et le président Patrice Talon. Je vous remercie. »
Articles similaires
1 sur 67
 Propos transcrits par Jacques BOCO

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite