Africa Dev News
Africa Dev News est un média panafricain d'informations, d'analyses, d'investigations et de publicités, avec un focus sur le Bénin où il est basé.

Bénin: Une  »Renaissance » face au boom national de 20%

0 235

 

En République du Bénin, depuis que les parlementaires ont amendé et adopté le Code électoral dans la nuit du 5 au 6 mars 2024, la réaction du parti Renaissance nationale qui affirme soutenir les actions du chef de l’État, Patrice Talon était très attendue. Et pour cause, qu’elles soient de l’opposition ou de la Mouvance, toutes les autres formations politiques avaient déjà clairement fait savoir leur position sur les nouvelles dispositions entérinées par la Cour constitutionnelle et qui doivent régir les élections générales de 2026. Claudine Prudencio, présidente de la  »Rn » a fini par sortir de son mutisme ; mais rien n’est clair en ce qui concerne la position du parti dans le débat, et son avenir.

 

Ld, Fcbe, Nfn, Gsr, Mpl d’une part ; Up-r, Br et même Moele Bénin d’autre part. De l’opposition ou de la majorité présidentielle, ces partis politiques ont situé l’opinion publique nationale et internationale quant à leur position sur les nouvelles dispositions du Code électoral modifié dans la perspective des législatives, communales et présidentielle de 2026. La  »Renaissance nationale » qui a fini par réagir, via sa présidente, laisse songeur quant à sa posture. En effet, dans la forme, c’est juste un post laconique sur le réseau social Meta (Facebook). Pas une « intervention audiovisuelle » ni un communiqué officiel du bureau politique national comme à l’accoutumée. D’aucuns se demandent même si ces écrits de la présidente et ancienne ministre, Afiavi Claudine Prudencio engagent le parti. D’ailleurs, pourquoi avoir attendu deux semaines environ après le vote du texte avant de s’afficher ? Claudine Prudencio, son vice-président et ancien bâtonnier, Cyrille Djikui et compagnie étaient-ils dans les réflexions se demandant :  »avec quelle main manger cette nouvelle sauce plus pimentée et salée pendant qu’on n’avait pas encore trouvé l’antidote de la dure réalité antérieure ? ». S’il est une évidence que dans la foulée de l’adoption du Code électoral modifié, Claudine Prudencio était en déplacement aux Etats- Unis dans le cadre de la Journée internationale des droits de la femme, la  »Rn » se résumerait-elle à sa seule personne ? À priori, non quand on sait qu’avec le développement des technologies, tout peut se faire à distance et en un clic. Encore que pour ce qui est du tollé qu’a suscité la révision de la Constitution courant janvier et février, le parti a été très actif et bien relayé par les médias quant à son avis sur le sujet, et en retour ses suggestions. Sur ce point précis, c’est le vice-président Cyrille Djikui qui était en pole position avec un communiqué en date du 12 février portant sa griffe.

Marquant son désaccord à une révision constitutionnelle,  »Rn » avait invité les députés à l’Assemblée nationale à plutôt se consacrer à la modification du Code électoral suivant les directives de la Cour constitutionnelle dans sa décision du 4 janvier. Mais à l’arrivée, à y voir de près, le seul parti au Bénin présidé par une femme n’a pas été suivi à la lettre. Ses délais proposés pour le dépôt des dossiers de candidature et par rapport à la campagne électorale en ce qui concerne la présidentielle à venir n’ont pas été pris en compte. Pis, certaines dispositions ont été corsées notamment le seuil d’au moins 20% des suffrages à avoir par circonscription électorale pour être éligible à la répartition des sièges. Ce qui oblige les partis politiques à travailler davantage à se renforcer pour grandir et pouvoir relever ce défi. Quant on sait que pour les élections communales et législatives respectivement de 2020 et 2023, l’Udbn devenue Rn oscillait entre 1 et 2% (la lanterne rouge) lorsque la barre était encore à 10% pour les législatives, n’est-il pas là le parti le plus affecté par la nouvelle donne, et conséquemment l’un des premiers qui devraient réagir ?

Du contenu du post de la présidente de la Rn…

Articles similaires
1 sur 5

Concrètement, Claudine Prudencio ou la Renaissance nationale n’a pas affiché une position claire sur le nouveau Code électoral. En substance, elle dit comprendre les frustrations qu’expriment les Béninois sur la question et invite à la culture de la paix, en ce temps de jeûnes (chrétien et catholique). Réaction surprenante et ambiguë ! Quelle rupture brusque d’avec le communiqué de février 2024 ! Si l’on doit être conséquent, cela laisse un goût d’inachevé… Autrement dit, face au coup du marteau ou nouveaux enjeux qu’impose le Code électoral modifié et validé, comment Claudine Prudencio et les siens comptent-ils s’y prendre dorénavant ? Eux qui ont fait leur mue récemment  »pour conquérir  » le pouvoir parce que refusant que le parti soit « le vassal de qui que ce soit ».

De l’Udbn à Rn… Décidément !

Renaissance nationale n’est-elle pas dépassée par les évènements ? Du moins, sa réaction assimilable à une résignation n’est-elle pas à lier à la sortie, mi- décembre 2023, du parti qui a fait sa métamorphose dans l’espoir de rebondir ? En effet, depuis le palais des congrès de Cotonou, la nouvelle s’est propagée : l’Udbn fait peau neuve et devient Renaissance nationale, pensant certainement avoir vaincu la fatalité. Dans la même dynamique que les équipes nationales sportives du Bénin, de  »Écureuils » à  »Guépards » (hommes) et Amazones (Dames), l’Union pour le développement du Bénin (Udbn) est passée à l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) puis aujourd’hui à la Renaissance nationale, avec des changements de logos à l’appui ; mais sans le moindre miracle jusque-là. L’espoir était tout de même permis au sortir du congrès extraordinaire de fin d’année 2023 ayant consacré et acté la mutation : « (…) Notre parti est venu à un stade où il décide de mourir, soit de renaître de ses cendres. Dans ce processus de métamorphose, il nous a paru nécessaire de faire peau neuve. Renaître pour conquérir… », déclare la présidente Claudine Prudencio. <<(…) Nous nous engageons à ratisser désormais très large…afin de répondre au rendez-vous des élections générales de 2026.», a ajouté Jules Léandre Kiti, le représentant des jeunes au sein du parti. Hélas ! Le contexte a varié et évolué. Quelle option fait Rn là où des partis forts comme Les Démocrates crient face au nouveau texte ? Rester droit dans ses bottes en solo pour subir l’estocade ou accepter finalement se fondre et être le vassal de quelqu’un ? Pour l’heure, Claudine Prudencio joue la prudentia.

Jacques BOCO

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En poursuivant, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Toutefois, vous avez la possibilité de vous y opposer si vous le souhaitez. Pour plus d'informations ou pour modifier vos préférences, consultez notre politique de confidentialité Accepter Lire la suite